Mesurer et définir la diversification des pratiques culturelles : analyse des réservations des utilisateurs du pass Culture

Pourquoi mesurer et définir la diversification des pratiques culturelles ?

Porté par le Ministère de la Culture, le pass Culture est né de la volonté de proposer aux jeunes un dispositif favorisant l’accès à la culture afin de renforcer et diversifier les pratiques culturelles des individus de 15 à 20 ans. Afin de mener à bien cette politique culturelle d’envergure, il était nécessaire de construire des moyens de mesurer la diversification des pratiques au sein de l’application et ce, à partir d’une définition objectivée de ce terme.

Cet article présente les différentes étapes de construction de la méthode de mesure de la diversification utilisée au pass Culture ainsi que les premières analyses de ces indicateurs.

Article rédigé par les pôles Analytics, Produit et Etudes & Recherche du pass Culture.

I. Le périmètre de la diversification : observer la diversité et la temporalité des pratiques culturelles

Dans un premier temps, les enjeux de la politique culturelle portée par le dispositif et les capacités d’analyse offertes par le dispositif ont permis de délimiter le périmètre de la diversification au sein du pass Culture.

L’ambition du dispositif se résume en deux principaux objectifs : renforcer et diversifier les pratiques culturelles des individus de 15 à 20 ans. Le renforcement des pratiques consiste à intensifier des pratiques culturelles préexistantes, que les individus possèdent avant même d’utiliser le dispositif. La diversification des pratiques, quant à elle, suppose la création de nouvelles pratiques culturelles, que les individus n’ont pas encore initiées.

Le pass Culture prend la forme de deux outils numériques : la plateforme pass Culture Pro, destinée aux acteurs culturels et au référencement de leurs offres et l’application mobile pass Culture, qui permet aux jeunes de 15 à 20 ans de réserver ces offres. Les données d’utilisation collectées permettent alors d’apprécier les caractéristiques des offres réservées (catégorie d’offre, lieu, prix…) et de considérer les pratiques culturelles effectives des utilisateurs au regard de leurs réservations sur l’application.

L’analyse des données de l’application ainsi que plusieurs enquêtes menées auprès des utilisateurs du pass Culture ont permis d’identifier deux façons d’appréhender la diversification des pratiques culturelles :

La première consiste à observer la diversification à l’échelle d’une temporalité. En effet, si le terme diversification a trait à la nouveauté, l’ancrage d’une pratique dans les habitudes culturelles d’un individu peut intervenir de façon plus ou moins pérenne :

  • Diversification exceptionnelle : une pratique culturelle initiée dans le cadre de l’utilisation de l’application sans pour autant être renouvelée.
  • Diversification temporaire : une pratique culturelle investie uniquement dans le cadre de l’utilisation de l’application.
  • Diversification durable : une pratique culturelle, initiée et/ou investie dans le cadre de l’utilisation de l’application, qui perdure après l’utilisation du crédit disponible dans l’application.

La seconde consiste à analyser la diversification à l’échelle des caractéristiques d’une offre culturelle. En effet, afin de considérer la diversification au regard de la diversité des pratiques, il convient d’observer les attributs d’une offre comme autant de strates de diversification possibles :

  • Domaine culturel investi (ex : musique, cinéma, spectacle vivant…)
  • Genre culturel investi (ex : horreur, manga, rock…)
  • Support, format de la pratique (ex : numérique, physique, sortie)
  • Lieu culturel investi (ex : librairie X, libraire Z, cinéma Y…).

La diversification revêt alors deux principales composantes : celle de la nouveauté, de la découverte (initier une pratique jusqu’alors non investie) et celle de la variété, de la diversité (varier ses pratiques culturelles).

Ces constats nous ont conduit à associer deux premières méthodes de mesure de la diversification :

1/ Mesurer l’écart entre les pratiques culturelles initiales des utilisateurs et les réservations dans l’application
Lors de leur inscription sur l’application pass Culture, les utilisateurs sont invités à compléter un questionnaire numérique au sujet des pratiques qu’ils ont effectuées au cours de l’année précédant l’activation de leur compte pass Culture. Le questionnaire comporte deux grands volets de questions au sujet des pratiques culturelles des enquêtés. D’une part, leurs pratiques “domestiques“ (lecture, écoute de musique, visionnage de film…) et d’autre part, leurs pratiques de “sortie” (concert, festival, spectacle…).

Extraits du questionnaire Pratiques culturelles initiales proposé dans l’application pass Culture
Extraits du questionnaire “Pratiques culturelles initiales” proposé dans l’application pass Culture

Chaque possibilité de réponse correspond à une catégorie ou une sous-catégorie d’offres proposée dans l’application. Ainsi, en comparant les réservations des utilisateurs avec les pratiques qu’ils ont déclarées lors de leur inscription, il est possible d’identifier les “pas de côté” qu’ils effectuent au travers de leur utilisation du pass Culture.

Cette méthode permet alors de mesurer la diversification à l’échelle d’une temporalité “avant/pendant” l’utilisation du pass Culture. Néanmoins, elle consiste à comparer des données déclaratives (réponses au questionnaire) avec des données effectives d’utilisation de l’application et comporte donc des biais d’analyse non négligeables.

2/ Mesurer la diversité des réservations au sein de l’application pass Culture
La seconde méthode d’analyse de la diversification que nous avons expérimentée consiste à observer la multiplicité des domaines culturels dans lesquels les utilisateurs du pass Culture ont effectué une réservation : livre, musique, cinéma, spectacle…

Plus un utilisateur réserve d’offres dans des catégories différentes, plus nous considérons que ses pratiques sont diversifiées. Ainsi, le taux de diversité repose sur le pourcentage d’utilisateurs qui ont effectué des réservations dans au moins 3 catégories culturelles différentes.

Cette méthode nous permet d’observer la diversification à l’échelle de la diversité des domaines culturels dans lesquels les utilisateurs possèdent ou développent des pratiques. Néanmoins, cette approche ne prend pas en compte la diversité des genres lus, des lieux investis ou des supports utilisés dans le cadre des réservations effectuées sur l’application. A ce titre, il s’agit d’un indicateur qui mène à une mesure de la diversification insuffisamment précise.

Si ces deux premiers indicateurs nous ont permis d’observer les effets de la diversification, nous avons également pu en observer les limites. Il convenait alors d’imaginer une nouvelle méthode de mesure qui permettent de palier aux biais de ces indicateurs tout en conservant la possibilité d’analyser la diversification au prisme de sa diversité et de sa temporalité.

II. L’indicateur de diversification : analyser les réservations des utilisateurs avec la méthode du scoring

En collaboration avec l’Institut Jean-Nicod, le Laboratoire de l’ENS-PSL et de l’équipe Bunka du CNRS, nous avons souhaité construire un indicateur unique qui puisse prendre en compte les deux composantes de la diversification présentées plus haut (diversité, temporalité). L’enjeu de ce travail était de proposer une méthode accessible et facilement déclinable pour répondre aux besoins d’analyse des équipes du pass Culture. Par ailleurs, cet indicateur devait nous permettre d’affiner notre définition de la diversification et d’approfondir nos recherches à ce sujet.

Au sein de l’application pass Culture, la diversification se définit par le fait de réserver une offre qui possède des caractéristiques différentes de celles réservées précédemment. On considère alors que l’utilisateur a effectué une découverte culturelle dans la mesure où il a initié une pratique que nous n’avions pas observée jusqu’alors.

La méthode retenue et appliquée actuellement est celle du scoring : à chaque nouvelle réservation, l’utilisateur se voit attribuer un nombre de points. Ce nombre de points dépend de la différence entre les caractéristiques de l’offre réservée et celles des précédentes réservations qu’il a effectuées.

Pour chaque réservation, les caractéristiques analysées sont autant de formes de diversification possibles :

  • Diversification en catégorie : du livre au cinéma, du spectacle vivant à la musique…
  • Diversification en support, format (sous-catégorie) : du livre papier au livre audio, de la représentation de spectacle à la “rencontre” avec des comédiens
  • Diversification en genre* : du manga au policier, de la comédie à l’histoire…
  • Diversification en lieu : d’une librairie indépendante à un grand réseau, d’un cinéma à une salle de spectacle…
  • Diversification en type de pratiques : du bien physique au bien numérique, du bien physique à la sortie…
  • Diversification par rapport aux pratiques culturelles initiales**

*Bien qu’uniquement observable pour le livre à ce stade, cette approche pourra très prochainement être étendue à la musique (genre musical) et au spectacle vivant (genre de spectacle : théâtre, cirque, opéra…).
**Nous mesurerons l’écart entre l’offre réservée et les pratiques culturelles que l’utilisateur a déclaré lors de l’activation de son pass Culture.

À chaque caractéristique qui diffère par rapport aux précédentes réservations, on attribue +1 point et ce, de manière à ne pas légitimer une pratique par rapport à une autre. Chaque réservation est évaluée sur la base des quatre à cinq caractéristiques citées plus haut :

Exemple d’un parcours de diversification d’un utilisateur au travers de ses réservations sur l’application.

Ainsi, plus les réservations d’un utilisateur possèdent des caractéristiques différentes des offres qu’il a réservées précédemment, plus le nombre de points qui lui est attribué est important.

*La première réservation équivaut automatiquement à 1 point. Dans le cas où la sous-catégorie de la première réservation est différente des pratiques déclarées lors de l’entrée dans l’application, nous attribuons 1 point supplémentaire (soit 2 points).

III. Premières analyses de la diversification : comprendre ses effets dans le cadre de l’utilisation de l’application

Echantillon observé

Bien que les effets de la diversification soient désormais suivis sur l’ensemble des utilisateurs du dispositif, l’analyse présentée ici portera uniquement sur les jeunes de 18–20 ans, crédités de 300€ suite à la généralisation du dispositif en mai 2021 et qui ont effectué au moins une réservation.

Nous avons souhaité concentrer nos analyses sur ce segment pour plusieurs raisons :

  • Il s’agit du segment le plus stable : un jeune reçoit un crédit fixe à ses 18 ans, alors que ce dernier évolue avec l’âge pendant la période 15–17 ans.
  • Il s’agit de l’échantillon le plus important dont nous disposons, avec plus de 700 000 utilisateurs actifs.
  • Il s’agit du segment avec le plus d’historique de données (premiers utilisateurs de 18 ans en mai 2021).

Les données présentées dans cette analyse sont arrêtées au 19/08/2022.

Les principaux enseignements

Sur l’application, l’ensemble des utilisateurs étudiés ont effectué plus de 8 700 000 réservations. Les utilisateurs font en moyenne 10,5 réservations, avec 25% des utilisateurs effectuant moins de 3 réservations et 75% des utilisateurs effectuant plus de 15 réservations (soit un nombre médian de 7 réservations).

Distribution du nombre de réservations par utilisateurs. Note de lecture : 14% des utilisateurs étudiés ont effectué une réservation.

La catégorie Livre représente 79% des réservations effectuées au travers de l’application. En moyenne, les utilisateurs qui ont réservé au moins un livre dépensent 54% de leur crédit dans cette catégorie d’offres. La deuxième catégorie la plus réservée est le cinéma (8% des réservations et 17% du crédit dépensé), puis viennent la musique enregistrée (4% des réservations et 5% de crédit dépensé), les films (3% des réservations et du crédit dépensé) et la musique live (2% des réservations et 5% du crédit dépensé).

(à gauche) Répartition des réservations en volume. Note de lecture : 78,9% des réservations sont des livres, (à droite) Répartition des réservations par montant dépensé Note de lecture : 51,8% du crédit utilisé est dépensé dans les livres.

L’influence du nombre de réservations sur le score de diversification
Les utilisateurs du pass Culture ont un score de diversification moyen de 8,3 points. On note cependant une certaine disparité au sein de l’échantillon : 16% des utilisateurs possèdent un score de diversification de 1 et 25% des utilisateurs ont un score supérieur à 12 points. Concrètement, les utilisateurs avec un score de 1 point n’ont réalisé qu’une réservation et n’ont pas diversifié leurs pratiques par rapport à celles qu’ils avaient déclaré dans le questionnaire des pratiques initiales (QPI).

Répartition du score total de diversification par utilisateurs. Note de lecture : 16% des utilisateurs ont un score de diversification de 1 point.

La relation entre le nombre de réservations effectuées et le score moyen de diversification par utilisateur nous permet d’observer une courbe concave : le score de diversification d’un utilisateur semble positivement corrélé au nombre de réservations effectuées. Néanmoins, cette tendance s’inverse au delà de 15 réservations.

Nombre de réservations et score moyen de diversification. Note de lecture : les 2,1% de jeunes qui ont effectué 15 réservations ont un score moyen de diversification de 12,94 points.

Cette baisse du score de diversification après 15 réservations dépend fortement du nombre de réservations de livres de la part des utilisateurs.En effet, sur un budget initial de 300€, lorsqu’un utilisateur effectue plus de 15 réservations, nous constatons que la part de ses réservations de livres est plus importante. Ce constat s’explique par le faible coût de ce type d’offres relativement aux autres offres proposées. Par conséquent, lorsqu’un utilisateur effectue un grand nombre de réservations, celles-ci sont davantage des livres que d’autres biens culturels.

De la même manière, plus les jeunes dépensent leur crédit, plus ils réservent de livres. Par exemple, sur un crédit initial de 300€, lorsqu’ils dépensent entre 0 et 10€ de leur crédit, 11% de leurs réservations concernent les livres alors qu’entre 290€ et 300€ dépensés, 51% de leurs réservations sont des livres. Une plus grande part des réservations attribuée aux livres tend donc à faire baisser le score de diversification.

Par ailleurs, les jeunes qui ont fait le plus de réservations sont ceux qui ont acheté le plus de mangas. Le prix des mangas étant relativement stable, il est possible d’acheter 43 mangas à 6,9€ avec 300€ du pass Culture. Chez les utilisateurs qui ont effectué 15 réservations ou plus, 54% des réservations de livres sont des mangas. Ce chiffre monte à 69% parmi ceux qui ont fait 30 réservations ou plus.

Une diversification qui s’inscrit dans la durée
Lorsque l’on s’intéresse à l’évolution du score de diversification selon l’ancienneté des utilisateurs sur le pass Culture, on constate que les jeunes diversifient leurs pratiques culturelles tout au long de leur utilisation du dispositif. Afin de neutraliser l’influence du nombre de réservations sur la diversification des pratiques culturelles sur l’ancienneté de l’utilisateur, nous faisons ici le choix de mener une analyse à nombre de réservations égal. A partir du nombre médian de réservations, nous prenons tous les utilisateurs de notre échantillon ayant effectué 7 réservations.

Après 1 mois d’utilisation du pass Culture, les utilisateurs qui ont fait 7 réservations possèdent un score moyen de 3,2 points, puis de 7,1 points après 6 mois et de 10 points après 12 mois.

À nombre de réservations égal (ici 7 réservations), score moyen de diversification des jeunes en fonction de leur ancienneté sur le pass Culture. Note de lecture : après 2 mois d’utilisation du pass Culture, les utilisateurs ayant effectué 7 réservations ont un score de diversification de 4,22.

Nous n’observons pas de plateau dans l’évolution de ce score. Ainsi, plus un utilisateur prend du temps à réserver des offres, plus il diversifie ses pratiques.

Des réservations de plus en plus diversifiantes
L’incrément moyen de diversification d’une réservation, soit le nombre de points de diversification qu’une réservation fait gagner à l’utilisateur, est un autre indicateur relatif à la diversification suivi par les équipes du pass Culture. 
Une réservation rapporte en moyenne 0,8 point de diversification. Néanmoins, nous constatons une distribution très inégale :

  • 60% des réservations ne rapportent aucun point de diversification. Cela est notamment dû au fait que la grande majorité des réservations en volume sont des livres, catégorie qui, comme vu précédemment, rapporte peu voire pas de points.
  • 5% des réservations rapportent 5 points de diversification.

L’évolution de l’incrément moyen par mois nous permet d’observer l’effet positif du temps sur la diversification des réservations. En mai 2021 (après la généralisation du dispositif), une réservation rapportait en moyenne 0,46 point de diversification contre 0,98 point en juin 2022, soit un an plus tard.

Delta moyen de diversification par cohorte mensuelle de réservation. Note de lecture : en juillet 2021, une réservation rapporte en moyenne 0,6 point de diversification.

Les réservations effectuées sur le pass Culture sont donc de plus en plus diversifiantes. Cette dynamique positive est le fruit de plusieurs facteurs : l’enrichissement du catalogue d’offres et d’acteurs présents sur le dispositif, l’assouplissement des restrictions sanitaires et le développement de nouvelles fonctionnalités dans l’application.

Par ailleurs, les réservations effectuées le dimanche par nos utilisateurs sont celles qui diversifient le plus leurs pratiques. En moyenne, une réservation effectuée le dernier jour de la semaine rapporte 1,05 point contre 0,75 point les autres jours. De nombreuses librairies étant fermées le dimanche, les utilisateurs délaissent les réservations de livres (64% des réservations, contre 78% le reste de la semaine) au profit d’autres activités, notamment le cinéma (16% des réservations le dimanche contre 8% le reste de la semaine).

Analyse du score selon les différents profils d’utilisateur

La diversification des pratiques culturelles varie selon la région des utilisateurs*
Le score de diversification moyen des utilisateurs varie quelque peu entre les différentes régions, avec une moyenne oscillant entre 8,8 et 6,9 points selon les différentes régions métropolitaines.

Les utilisateurs des Haut-de-France sont ceux qui diversifient le plus leurs pratiques culturelles au travers du pass Culture avec un score moyen de 8,8 points. Viennent ensuite les Franciliens et les Normands avec des scores respectifs de 8,6 et 8,5. Bien que les habitants des Hauts-de-France arrivent en troisième position à l’échelle nationale en termes de nombre de réservations, le fait qu’ils dépensent plus que les autres utilisateurs dans les offres de cinéma et de musique live impacte positivement leur score de diversification.

A l’inverse, les jeunes résidant en Guadeloupe présentent le score de diversification le plus bas, soit 5 points. Du fait d’un plus faible nombre d’infrastructures culturelles à proximité de chez eux (150 lieux en Guadeloupe contre 4 115 en Île-de-France), 8% de leurs réservations concernent des biens culturels digitaux (contre 3,7% pour l’ensemble des habitants de métropole).

Enfin, les utilisateurs bretons possèdent un comportement particulièrement intéressant à analyser. Bien qu’ils réservent en moyenne 1,5 réservation de moins que l’ensemble des utilisateurs, les utilisateurs bretons réservent également moins de livres (74% de leurs réservations contre 80% des réservations de tous les utilisateurs) et ce, au profit de la musique live (6% contre 2%) : ce qui tend davantage à augmenter leur score de diversification.

Ainsi, une réservation rapporte en moyenne 1 point de diversification aux bretons alors qu’elle rapporte en moyenne 0,8 point aux utilisateurs des autres régions. Il est à noter que la Bretagne présente un nombre élevé de festivals pendant l’été comparativement aux autres régions françaises. C’est également un territoire qui a servi à l’expérimentation du dispositif pass Culture, ce qui peut influencer le nombre d’acteurs culturels présents, et la familiarité de chacun sur le dispositif.

* L’adresse postale du jeune correspond ici à celle renseignée à l’inscription. Celle-ci peut évoluer au cours de la vie du jeune sur le pass Culture.

Les femmes diversifient davantage leurs pratiques culturelles sur le pass Culture
Les femmes ont un score de diversification moyen de 9,3 points contre 7,4 points pour les hommes. Ce score est atteint en réservant autant d’offres que les hommes (en moyenne 10,3 réservations par femme contre 10,9 réservations par homme).

Lorsqu’on s’intéresse aux catégories d’offres réservées par chaque sexe, on constate que les femmes se tournent légèrement plus vers des sorties de musique live ou de spectacle vivant que leurs homologues masculins (3,1% des réservations chez les femmes contre 2% des réservations chez les hommes).

(à gauche) Répartition par catégorie des réservations des utilisateurs masculins. Note de lecture : 79,4% des réservations des hommes sont des livres, (à droite) Répartition par catégorie des réservations des utilisateurs féminins. Note de lecture : 79% des réservations des femmes sont des livres

Bien que la part des réservations de livres soit sensiblement similaire entre les deux sexes (79,4% pour les hommes contre 79% pour les femmes), onconstate une plus grande diversité de genres littéraires dans les réservations des femmes. Alors que les mangas sont largement plébiscités par les hommes (69% de leurs réservations de livres), ce genre littéraire ne représente que 33% des réservations de livres chez les femmes et ce, au profit d’autres types de lecture comme les romans ou les livres de développement personnel.

Du point de vue du crédit dépensé, les hommes consacrent une part plus importante de leur crédit à l’achat d’instruments de musique (15,7% de leurs dépenses contre 5,2% chez les femmes). Ces offres, souvent couteuses (une réservation d’instrument sur le pass Culture coute en moyenne 180€), font mécaniquement baisser le nombre de réservations que ces utilisateurs effectuent au travers du dispositif.

Les lycéens et les étudiants sont les utilisateurs qui diversifient le plus leurs pratiques culturelles*
Les lycéens et les étudiants ont un score moyen respectif de 8,4 points et de 8,7 points. Les jeunes inactifs ont un score sensiblement plus faible (6,9 points en moyenne) et ce, en réservant plus d’offres que les lycéens et les étudiants (12,1 réservations en moyenne contre 10,5 réservations pour les lycéens et les étudiants).

Entre les lycéens et les étudiants, des différences demeurent. Les femmes étudiantes — plus nombreuses, proportionnellement, que les lycéennes — ont des pratiques davantage diversifiées. A l’inverse, les hommes lycéens diversifient plus leurs pratiques que les étudiants.

Les étudiants se tournent davantage vers des offres de musique live et leurs dépenses sont plus conséquentes dans la catégorie “Livre”. Les lycéens, quant à eux, ont plutôt des pratiques cinéphiles ou musicales. Ces derniers semblent alors favoriser des pratiques domestiques ou plus couramment observées sur le pass Culture, telles que l’achat d’un instrument ou la sortie au cinéma.

Enfin, les étudiants qui diversifient le plus leurs pratiques culturelles viennent des Hauts-de-France, de la Bretagne ou d’Île-de-France. Les lycéens qui ont le plus diversifié leurs pratiques sont, quant à eux, principalement originaires des Hauts-de-France, de Normandie et du Centre-Val de Loire.

* Le statut du jeune correspond ici à celui renseigné à l’inscription. Celui-ci peut évoluer au cours de la vie du jeune sur le pass Culture.

Le niveau de ruralité des utilisateurs influence négativement le score de diversification*
En nous basant sur la définition des zones rurales proposée par l’INSEE, nous constatons que plus un jeune réside dans une zone urbaine, plus son score de diversification est élevé sans pour autant réserver plus d’offres que les jeunes résidant en zone rurale. Ainsi, les utilisateurs résidant en zone urbaine dense atteignent un score moyen de diversification de 9 points au travers de 10,4 réservations en moyenne. Les utilisateurs résidant en zone rurale sous faible influence d’un pôle possèdent un score moyen de diversification de 8,2 points pour également 10,3 réservations.

Par ailleurs, les utilisateurs en zone urbaine consacrent une part plus importante de leurs dépenses aux réservations de cinéma (19% des dépenses des jeunes en zone urbaine dense, contre 11,4% pour les jeunes résidant en zone rurale autonome très peu dense) et une part moins importante aux livres (51,3% des dépenses des jeunes en zone urbaine dense, contre 58,3% pour les jeunes résidant en zone rurale autonome très peu dense).

* Le degré de ruralité du jeune correspond ici à l’adresse postale renseignée à l’inscription. Celle-ci peut évoluer au cours de la vie du jeune sur le pass Culture.

Les jeunes résidants d’un Quartier Prioritaire de la Ville (QPV) n’ont pas un score de diversification inférieur aux autres utilisateurs*
Lorsque l’on s’intéresse à la diversification des pratiques culturelles des jeunes résidant en Quartier Prioritaire de la Politique de la Ville (QPV), il apparait que ces derniers ont un comportement similaire au reste des jeunes du pass Culture. Ainsi, les jeunes en QPV ont un score moyen seulement légèrement plus élevé (9,01 pour les jeunes en QPV contre 8,81 pour le reste), principalement parce qu’ils réservent légèrement plus que les autres jeunes (11,3 réservations contre 10,7). Cette légère différence peut notamment s’expliquer par un besoin financier potentiellement plus grand chez les jeunes en QPV, qui mettent moins de temps que les autres à faire leur première réservation (71 jours pour les jeunes résidant en QPV contre 87 jours pour les autres).

*L’adresse postale du jeune correspond ici à celle renseignée à l’inscription. Celle-ci peut évoluer au cours de la vie du jeune sur le pass Culture.

Conclusion

La mesure de la diversification qu’utilise le pass Culture s’est construite en plusieurs étapes. D’abord partielle, nos premières méthodes de mesure ont permis de considérer la diversification comme un effet observable à l’échelle des caractéristiques d’une pratique culturelle et des temporalités dans laquelle elle est susceptible de s’ancrer.
Par la suite, notre collaboration avec l’Institut Jean-Nicod, le Laboratoire de l’ENS-PSL et de l’équipe Bunka du CNRS, nous a permis d’identifier la méthode du scoring comme un moyen de considérer l’ensemble de ces formes de diversification et de produire des premières analyses de ce phénomène.

Les données collectées à partir de l’application permettent de formuler de premiers enseignements généraux relatifs à la diversification des pratiques culturelles des utilisateurs.
Le score de diversification varie selon les profils des utilisateurs. Les femmes ont un score de diversification plus élevé tout en réservant autant que les hommes. De la même manière, plus un jeune réside dans une zone urbaine, plus son score de diversification s’accroit. Des différences moindres sont également observées à l’échelle de la région et du statut de l’utilisateur.
Ensuite, ce score de diversification augmente avec le nombre de réservations effectuées, puis baisse pour les jeunes ayant fait plus de 15 réservations. Ce phénomène est lié aux nombreuses réservations de livres, bien culturel plus accessible financièrement relativement aux autres offres disponibles sur le pass Culture.
Enfin, retenons que la diversification des pratiques culturelles s’inscrit dans la durée d’utilisation du pass Culture, les jeunes ne cessant d’accroitre leur score tout au long de l’utilisation du dispositif.

La définition de la diversification présentée dans ce document découle donc de la méthode employée pour la mesurer et, à terme, de la pondération appliquée de façon manuelle sur certaines caractéristiques des offres réservées. Par ailleurs, cette définition repose également sur l’idée que les formes de découvertes culturelles sont multiples et que toutes sont légitimes.

Néanmoins, notre analyse de la diversification se limite au périmètre des données que nous collectons par l’intermédiaire de l’application et à la période d’utilisation de l’application. En effet, à ce stade, nos analyses considèrent les pratiques antérieures des utilisateurs de façon limitée (1 point bonus sur le score total si une des réservations est différentes des pratiques déclarées avant l’utilisation de l’application) et ne prennent pas en compte l’ancrage de la diversification à très long terme (après la durée de validité du crédit de 300€, valable deux ans).
Ainsi, pour mesurer les effets du pass Culture sur la diversification culturelle, il conviendra d’observer les pratiques de l’intégralité d’une génération et ce, sur un temps long.

Les actualités du pass Culture

Article
17 janvier 2023

Conversations avec nos acteurs culturels : interview du « Libraire se Cache »

Qui sont nos acteurs culturels et quels sont leurs enjeux ? Ce nouveau format d’interview a pour objectif d’apprendre à mieux les connaître. Le « Libraire se Cache » nous parle ici de son envie de transmettre au public son amour du livre et d’aider ses clients à trouver le livre idéal.

Études
6 octobre 2022

Les références culturelles des utilisateurs du pass Culture — septembre 2022

Afin de proposer une application cohérente avec les goûts de nos utilisateurs, nous interrogeons chaque mois leurs références culturelles du moment : les films qu’ils regardent, les musiques qu’ils écoutent, leurs livres, leurs séries… Voici les résultats de l’enquête du mois de septembre 2022.

Études
10 août 2022

La recherche utilisateurs au coeur de la réflexion de l’offre collective

La proposition d’offres à destination de groupes, qui vient en complément des offres individuelles classiques déjà proposées aux jeunes, pose de nombreux défis. C’est un terrain de jeu parfait pour sortir l’attirail méthodologique de conception produit ! C’est sur cette aventure de nos chercheurs UX, chefs de produit (product managers) et développeurs que nous levons le voile dans cet article.

Études

Les références culturelles des utilisateurs du pass Culture — mai 2022

Afin de proposer une application cohérente avec les goûts de nos utilisateurs, nous interrogeons chaque mois leurs références culturelles du moment. Si cette approche nous permet d’observer à fréquence régulière les tendances culturelles des 15–20 ans, elle nous offre également l’opportunité d’identifier des goûts culturels propres à chacune de ces tranches d’âge. Voici les résultats de l’enquête du mois de mai 2022 !